Mode, Luxe et Métiers

Mode, luxe et métiers à Paris au 18e siècle Mode, luxe et métiers à Paris au 18e siècle est la troisième conférence organisée par l’association ART & LUXE sur l’histoire de la mode, du luxe et celle de ses métiers.

À cette occasion sont réunis des spécialistes de l’estampe de mode, de l’histoire des métiers et du style : Pascale Cugy, Clare Haru Crowston, Christian Baulez, Georgina Letourmy-Bordier et Sylvain Le Guen.

Pascale Cugy, auteur d’une thèse récente sur l’estampe de mode, mettra en images les métiers de la mode et du luxe sous l’Ancien Régime. La présence exceptionnelle de Clare Haru Crowston, professeur d’histoire de l’Europe moderne, résidant aux Etats-Unis et travaillant sur l’apprentissage en France sous l’Ancien Régime, permettra une rencontre unique au sujet de ses récentes recherches sur les marchandes de modes à Paris au 18e siècle. Cette journée sera aussi l’opportunité offerte par Christian Baulez, conservateur général honoraire du Patrimoine, de présenter le mobilier récemment acquis par le musée des archives nationales pour l’hôtel de Rohan à Paris. Georgina Letourmy-Bordier, expert en éventails, assistée de Sylvain Le Guen, éventailliste, aborderont ensemble ce métier bien particulier, sur lequel peu de travaux sont encore accessibles, et feront une démonstration en objets.

Mode, luxe et métiers à Paris au 18e siècle

Association ART & LUXE Mardi 3 février 2015 Hôtel Soubise 60 rue des Francs Bourgeois 75003 Paris

14h Corinne Thépaut-Cabasset (Paris) : Introduction

14H 30 Pascale Cugy (Université Rennes-2) : Costumes grotesques : Mettre en images les métiers de la mode et du luxe en France sous l’Ancien Régime

15h Clare Haru Crowston (University of Illinois, Urbana-Champaign, USA) : Les marchandes de modes, un métier célèbre mais encore peu connu

15h 30 Christian Baulez (Château de Versailles) : Mathieu Debauve, menuisier en sièges des Voyer d’Argenson

16h Georgina Letourmy-Bordier (Paris) : Entre atelier et boutique, les éventaillistes parisiens au 18e siècle

16h30 Sylvain Le Guen (Paris) : Fabriquer l’éventail aujourd’hui

17h Discussion La séance sera suivie d’une visite des salons du premier étage où sont exposés les sièges réalisés par Mathieu Debauve sur les dessins de Charles de Wailly, acquis en 2012 pour le musée des archives nationales de France.

Remerciements : Françoise Cochard (Archives nationales de France), Roselyne du Perray, Marie- Thérèse Gaucher, Ludovic Sage (MDA4).

Biographies

Christian Baulez est conservateur général honoraire du Patrimoine. Il a travaillé au musée national du château de Versailles de 1970 à 2007. Il est l’auteur de nombreuses études sur le décor et l’ameublement des résidences royales. Une sélection en a été rééditée par la Société des Amis de Versailles, en 2007, sous le titre Versailles, deux siècles d’histoire de l’art.

Clare Haru Crowston est professeur d’histoire de l’Europe moderne et Conrad Humanities Scholar à l’université d’Illinois d’Urbana-Champaign. Elle a reçu un BA de l’université McGill et un PhD de l’université Cornell aux Etats-­Unis d’Amérique. Elle est l’auteur de Fabricating Women: The Seamstresses of Old Regime France (2001) et Credit, Fashion, Sex: Economies of Regard in Old Regime France (2013). Elle prépare actuellement un ouvrage, avec Claire Lemercier et Steven L. Kaplan, sur l’apprentissage en France de 1670 à 1880.

Pascale Cugy est ATER en histoire de l’art moderne à l’université Rennes-­2. Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat en histoire de l’art à l’université de Paris-­Sorbonne, sous la direction de Marianne Grivel, soutenue en 2013, et intitulée La dynastie Bonnart et les bonnarts. Étude d’une famille d’artistes et producteurs de « modes ».

Georgina Letourmy-­Bordier est expert en éventails près la Cour d’Appel de Versailles, et a soutenu en 2006, à l’université de Panthéon-­‐Sorbonne, la première thèse de doctorat en histoire de l’art en France consacrée à l’éventail. Elle fut le commissaire de l’exposition Le siècle d’or de l’éventail. Du Roi-­Soleil à Marie-Antoinette, au musée Cognacq-­Jay à Paris (2013-­2014), et est l’auteur de plusieurs articles sur le sujet de l’éventail.

Sylvain Le Guen est tabletier éventailliste à Paris. Ses réalisations ont fait l’objet, en 2011, d’une exposition au Fan Museum à Londres, et d’une publication Air de Mode, Sylvain Le Guen, Contemporary Fan Designer. En 2014, il est honoré du Grand Prix de la Création de la Ville de Paris, dans la catégorie « Métiers d’art confirmé », et est distingué par le Centre du Luxe et de la Création Talent du Luxe, dans la catégorie « Talent de l’élégance ». Des éventails de Sylvain Le Guen ont été acquis par le Fan Museum à Londres, et le musée international de la Chaussure à Romans.

Corinne Thépaut-­Cabasset est historienne de l’art, diplômée de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences historiques et philologiques, et titulaire d’un DEA en Histoire moderne et des relations internationales de l’université de Paris-­Sorbonne. Chercheur associé au château de Versailles et au Victoria & Albert Museum à Londres HERA Fashioning the Early Modern (2010-‐2013), elle est l’auteur de L’Esprit des modes au Grand Siècle (CTHS, 2010). Elle crée à Paris, en 2013, l’association ART & LUXE.

L’hôtel Soubise est un hôtel particulier situé dans le quartier du Marais à Paris. Il fut acheté à la famille de Guise, en 1700, par François de Rohan-­‐Soubise, prince de Soubise. Depuis 1808, cet hôtel fait partie d’un ensemble de bâtiments historiques, où furent créées les archives nationales par Napoléon. Aujourd’hui l’hôtel Soubise abrite le musée de l’histoire de France. Au rez-­de-­chaussée, l’appartement du prince comporte, outre la chambre et l’antichambre, un cabinet de lecture et un « salon frais » ovale, à la décoration de lambris peints en gros-­blanc, et de bas‐reliefs allégoriques dus aux sculpteurs ornemanistes du 18e siècle, Louis-­Sigisbert Adam et Jean‐Baptiste Lemayre. En 2012, le ministère de la Culture et de la Communication annonce l’acquisition d’une paire de bergères, signées par le menuisier Mathieu Debauve et dessinées par l’architecte Charles de Wailly, provenant de l’hôtel de Voyer d’Argenson, chancellerie d’Orléans. Cette acquisition a été rendue possible grâce au fond du patrimoine du ministère, et à l’exceptionnel mécénat de la Banque de France. Ces bergères rejoindront à terme les prestigieuses boiseries pour lesquelles ils furent commandés, et qui font actuellement l’objet d’un projet de restauration à l’initiative et avec le concours du World Monuments Fund. Ces décors historiques seront remontés dans l’hôtel de Rohan-­Strasbourg, situé dans le Marais. En attendant l’achèvement de cette restauration, les sièges sont exposés aux visiteurs du musée des archives nationales de France, dans les salons de l’hôtel Soubise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *