Mode, Luxe et Métiers

Mode, luxe et métiers à Paris au 18e siècle Mode, luxe et métiers à Paris au 18e siècle est la troisième conférence organisée par l’association ART & LUXE sur l’histoire de la mode, du luxe et celle de ses métiers.

À cette occasion sont réunis des spécialistes de l’estampe de mode, de l’histoire des métiers et du style : Pascale Cugy, Clare Haru Crowston, Christian Baulez, Georgina Letourmy-Bordier et Sylvain Le Guen.

Pascale Cugy, auteur d’une thèse récente sur l’estampe de mode, mettra en images les métiers de la mode et du luxe sous l’Ancien Régime. La présence exceptionnelle de Clare Haru Crowston, professeur d’histoire de l’Europe moderne, résidant aux Etats-Unis et travaillant sur l’apprentissage en France sous l’Ancien Régime, permettra une rencontre unique au sujet de ses récentes recherches sur les marchandes de modes à Paris au 18e siècle. Cette journée sera aussi l’opportunité offerte par Christian Baulez, conservateur général honoraire du Patrimoine, de présenter le mobilier récemment acquis par le musée des archives nationales pour l’hôtel de Rohan à Paris. Georgina Letourmy-Bordier, expert en éventails, assistée de Sylvain Le Guen, éventailliste, aborderont ensemble ce métier bien particulier, sur lequel peu de travaux sont encore accessibles, et feront une démonstration en objets.

Mode, luxe et métiers à Paris au 18e siècle

Association ART & LUXE Mardi 3 février 2015 Hôtel Soubise 60 rue des Francs Bourgeois 75003 Paris

14h Corinne Thépaut-Cabasset (Paris) : Introduction

14H 30 Pascale Cugy (Université Rennes-2) : Costumes grotesques : Mettre en images les métiers de la mode et du luxe en France sous l’Ancien Régime

15h Clare Haru Crowston (University of Illinois, Urbana-Champaign, USA) : Les marchandes de modes, un métier célèbre mais encore peu connu

15h 30 Christian Baulez (Château de Versailles) : Mathieu Debauve, menuisier en sièges des Voyer d’Argenson

16h Georgina Letourmy-Bordier (Paris) : Entre atelier et boutique, les éventaillistes parisiens au 18e siècle

16h30 Sylvain Le Guen (Paris) : Fabriquer l’éventail aujourd’hui

17h Discussion La séance sera suivie d’une visite des salons du premier étage où sont exposés les sièges réalisés par Mathieu Debauve sur les dessins de Charles de Wailly, acquis en 2012 pour le musée des archives nationales de France.

Remerciements : Françoise Cochard (Archives nationales de France), Roselyne du Perray, Marie- Thérèse Gaucher, Ludovic Sage (MDA4).

Biographies

Christian Baulez est conservateur général honoraire du Patrimoine. Il a travaillé au musée national du château de Versailles de 1970 à 2007. Il est l’auteur de nombreuses études sur le décor et l’ameublement des résidences royales. Une sélection en a été rééditée par la Société des Amis de Versailles, en 2007, sous le titre Versailles, deux siècles d’histoire de l’art.

Clare Haru Crowston est professeur d’histoire de l’Europe moderne et Conrad Humanities Scholar à l’université d’Illinois d’Urbana-Champaign. Elle a reçu un BA de l’université McGill et un PhD de l’université Cornell aux Etats-­Unis d’Amérique. Elle est l’auteur de Fabricating Women: The Seamstresses of Old Regime France (2001) et Credit, Fashion, Sex: Economies of Regard in Old Regime France (2013). Elle prépare actuellement un ouvrage, avec Claire Lemercier et Steven L. Kaplan, sur l’apprentissage en France de 1670 à 1880.

Pascale Cugy est ATER en histoire de l’art moderne à l’université Rennes-­2. Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat en histoire de l’art à l’université de Paris-­Sorbonne, sous la direction de Marianne Grivel, soutenue en 2013, et intitulée La dynastie Bonnart et les bonnarts. Étude d’une famille d’artistes et producteurs de « modes ».

Georgina Letourmy-­Bordier est expert en éventails près la Cour d’Appel de Versailles, et a soutenu en 2006, à l’université de Panthéon-­‐Sorbonne, la première thèse de doctorat en histoire de l’art en France consacrée à l’éventail. Elle fut le commissaire de l’exposition Le siècle d’or de l’éventail. Du Roi-­Soleil à Marie-Antoinette, au musée Cognacq-­Jay à Paris (2013-­2014), et est l’auteur de plusieurs articles sur le sujet de l’éventail.

Sylvain Le Guen est tabletier éventailliste à Paris. Ses réalisations ont fait l’objet, en 2011, d’une exposition au Fan Museum à Londres, et d’une publication Air de Mode, Sylvain Le Guen, Contemporary Fan Designer. En 2014, il est honoré du Grand Prix de la Création de la Ville de Paris, dans la catégorie « Métiers d’art confirmé », et est distingué par le Centre du Luxe et de la Création Talent du Luxe, dans la catégorie « Talent de l’élégance ». Des éventails de Sylvain Le Guen ont été acquis par le Fan Museum à Londres, et le musée international de la Chaussure à Romans.

Corinne Thépaut-­Cabasset est historienne de l’art, diplômée de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences historiques et philologiques, et titulaire d’un DEA en Histoire moderne et des relations internationales de l’université de Paris-­Sorbonne. Chercheur associé au château de Versailles et au Victoria & Albert Museum à Londres HERA Fashioning the Early Modern (2010-‐2013), elle est l’auteur de L’Esprit des modes au Grand Siècle (CTHS, 2010). Elle crée à Paris, en 2013, l’association ART & LUXE.

L’hôtel Soubise est un hôtel particulier situé dans le quartier du Marais à Paris. Il fut acheté à la famille de Guise, en 1700, par François de Rohan-­‐Soubise, prince de Soubise. Depuis 1808, cet hôtel fait partie d’un ensemble de bâtiments historiques, où furent créées les archives nationales par Napoléon. Aujourd’hui l’hôtel Soubise abrite le musée de l’histoire de France. Au rez-­de-­chaussée, l’appartement du prince comporte, outre la chambre et l’antichambre, un cabinet de lecture et un « salon frais » ovale, à la décoration de lambris peints en gros-­blanc, et de bas‐reliefs allégoriques dus aux sculpteurs ornemanistes du 18e siècle, Louis-­Sigisbert Adam et Jean‐Baptiste Lemayre. En 2012, le ministère de la Culture et de la Communication annonce l’acquisition d’une paire de bergères, signées par le menuisier Mathieu Debauve et dessinées par l’architecte Charles de Wailly, provenant de l’hôtel de Voyer d’Argenson, chancellerie d’Orléans. Cette acquisition a été rendue possible grâce au fond du patrimoine du ministère, et à l’exceptionnel mécénat de la Banque de France. Ces bergères rejoindront à terme les prestigieuses boiseries pour lesquelles ils furent commandés, et qui font actuellement l’objet d’un projet de restauration à l’initiative et avec le concours du World Monuments Fund. Ces décors historiques seront remontés dans l’hôtel de Rohan-­Strasbourg, situé dans le Marais. En attendant l’achèvement de cette restauration, les sièges sont exposés aux visiteurs du musée des archives nationales de France, dans les salons de l’hôtel Soubise.

Madame de Pompadour et l’art de la toilette

 

 

Madame de Pompadour et l’art de la toilette

Mardi 7 octobre 2014

Hôtel Soubise

Archives nationales de France

60 rue des Francs-Bourgeois

75003 Paris

Madame de Pompadour et l’art de la toilette

14h00 Accueil

14h30 Lesley Ellis Miller, Victoria and Albert Museum (Londres)

Trois portraits pour trois garde-robes de la marquise de Pompadour

15h00 Corinne Thépaut-Cabasset (Paris)

Objets de modes et de toilette achetés chez Lazare-Duvaux rue Saint-Honoré à Paris

15h30 Georgina Letourmy-Bordier (Paris)

D’or et de vent. La mode de l’éventail à l’époque de   Louis XV

16h00 HERA Fashioning the Early Modern

Objet en focus : la « mouche » ou le matin

16h30

Discussion

17h Arlette Vermeiren Zucoli (Tournai)

Installation éphémère dans le Grand Salon Ovale de l’appartement du prince de Soubise

 Mardi 7 octobre 2014

Biographies

Georgina Letourmy-Bordier est expert en éventails près la Cour d’Appel de Versailles, elle a soutenu en 2006, à l’université de Panthéon-Sorbonne, la première thèse de doctorat en histoire de l’art en France consacrée à l’éventail. Elle fut le commissaire de l’exposition Le siècle d’or de l’éventail. Du Roi-Soleil à Marie-Antoinette, au musée Cognacq-Jay à Paris (2013-2014), et est l’auteure de plusieurs articles sur le sujet de l’éventail.

Lesley Ellis Miller est conservateur en chef au Victoria and Albert Museum à Londres, en charge des collections Textile et Mode, et des galeries Europe 1600-1800, qui ouvriront au public en 2015. Elle est professeur d’histoire du costume et du textile à l’Université de Glasgow, et a enseigné l’histoire du design. Ses plus importantes publications portent sur l’aspect du dessin et du commerce dans l’industrie soyeuse française au 18e siècle, et est l’auteure de Soieries : le livre d’échantillons d’un marchand français au siècle des Lumières, Paris, Bibliothèque des Arts, 2014.

Corinne Thépaut-Cabasset est historienne de l’art, diplômée de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences historiques et philologiques, et titulaire d’un DEA en Histoire moderne et des relations internationales de l’Université de Paris-Sorbonne. Chargée de recherche au château de Versailles, puis au Victoria & Albert Museum à Londres dans le cadre du projet de recherche européen HERA Fashioning the Early Modern (2010-2013), elle est l’auteure de L’Esprit des modes au Grand Siècle (CTHS, 2010), et de plusieurs essais sur la mode et le luxe.

Arlette Vermeiren Zucoli est artiste plasticienne passionnée de textile. Diplômée de La Cambre en sérigraphie textile, elle a enseigné à l’académie des Beaux-Arts de Tournai, fut styliste pour les industries de tissage Jacquard belges et italiennes, et commissaire des expositions Le Lin des Flandres, et des tapisseries du palais ducal d’Urbino en Italie. Elle réalise de nombreuses installations dans les musées, récemment au musée national de la porcelaine Hadrien-Dubouché à Limoges, et travaille aussi à Paris avec Maurizio Galante pour des créations particulières.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’année 2014 célèbre l’anniversaire de la mort de Jeanne-Antoinette Poisson, marquise de Pompadour, née à Paris le 29 décembre 1721, morte à Versailles le 15 avril 1764.

Favorite de Louis XV, madame de Pompadour fut mécène et protectrice des arts et des lettres. Elle contribua au grand rayonnement de l’art français de style rococo, dit aussi « rocaille ».

À travers portraits et inventaire après-décès, mais aussi le livre-journal du marchand parisien Lazare-Duvaux, émergent l’image et la personnalité de la Pompadour mais aussi l’évocation de son rapport aux artistes et à la mode de son temps.

L’association ART & LUXE propose d’aborder quelques aspects autant subtiles que fugaces de la toilette à l’époque de Louis XV.

L’hôtel Soubise est un hôtel particulier situé dans le quartier du Marais à Paris. Il fut acheté à la famille de Guise, en 1700, par François de Rohan-Soubise, prince de Soubise. Depuis 1808, cet hôtel fait partie d’un ensemble de bâtiments historiques, où furent créées les archives nationales par Napoléon.

Aujourd’hui l’hôtel Soubise abrite le musée de l’histoire de France. Au rez-de-chaussée, l’appartement du prince comporte, outre la chambre et l’antichambre, un cabinet de lecture et un « salon frais » ovale, à la décoration de lambris peints en gros-blanc, et de bas-reliefs allégoriques dus aux sculpteurs ornemanistes du 18e siècle, Louis-Sigisbert Adam et Jean-Baptiste Lemayre.

Le prince de Soubise était l’ami intime de madame de Pompadour ; il fut, à ce titre, son exécuteur testamentaire.

 

Joséphine et l’empire de la mode

Joséphine et l’empire de la mode

MARDI 24 JUIN 2014

Archives nationales

Hôtel Soubise

60 rue des Francs-Bourgeois Paris

 

PROGRAMME

13h30         Accueil

14h00         Corinne Thépaut-Cabasset

historienne de l’art et de la mode (Paris)

L’image de la mode dans la presse : Le « costume parisien » 1800-1815.

 

14h20         Alain Pougetoux

conservateur en chef, domaine national des châteaux de Malmaison     et Bois-Préau

boutiques à la mode sous le Premier empire. Les recueils de gravures.

 

14h45         Céline Meunier

conservateur en chef, Domaine national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau

Joséphine : en quête d’une garde-robe.

 

15h10         Fiona Ffoulkes (Université de Southampton)

professeur associé Université des arts de Bournemouth
et université américaine (Paris)

Muse, cliente et amie ? L’importance de la relation de l’impératrice Joséphine avec Leroy, marchand de modes.

 

 15h35         Marguerite Coppens

Chef de département, Musées royaux d’art et d’histoire (Bruxelles)

Les commandes dentellières de la maison impériale.

 

16h00         Carole Damour

archiviste textile, Société Tassinari & Chatel (Paris)

Des palais impériaux au château de la Malmaison : Les choix textiles de Joséphine.

 

16h25         Discussion

 17h                  Visite de l’exposition des textiles

 

INTERVENANTS

Marguerite Coppens est chef de département aux Musées Royaux d’art et d’histoire de Bruxelles. Elle est spécialisée dans l’histoire du costume et de la dentelle, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Elle est présidente de l’AFET (Association française d’Etude du Textile).

 Carole Damour est une professionnelle du textile et de la décoration, travaillant pour la société Lelièvre depuis 1996. Archiviste textile, elle travaille avec passion pour la manufacture Tassinari & Chatel depuis 2008, et se charge de la promotion de l’histoire de la manufacture et de ses prestigieuses soieries. Elle a contribué à l’ouvrage de Jean-Pierre Plachon « Tassinari & Chatel – La soie au fil du temps » (Monelle Hayot, 2011), et organise régulièrement à Paris des présentations des collections patrimoniales de la société Tassinari & Chatel.

Fiona Ffoulkes est historienne de la mode. Professeur associé à l’Université Américaine de Paris, et à l’Université des Arts de Bournemouth, elle enseigne l’histoire du design, du costume et du textile, et prépare une thèse sur « L’Evolution du rôle de la marchande de mode à Paris de 1795 à 1855 » à l’université de Southampton. Elle est l’auteur de « How to read Fashion » (Herbert Press, 2010), et co auteur de « Consumers and Luxury : consumer culture in Europe 1650-1850 » (Manchester University Press, 1999).

Céline Meunier est conservateur en chef du patrimoine au domaine national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, spécialiste en charge des collections textiles, et commissaire de l’exposition Joséphine au musée du Luxembourg à Paris (2014.

Alain Pougetoux est conservateur en chef du patrimoine au domaine national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, spécialiste en charge des collections de peinture, et commissaire de l’exposition Joséphine, au musée du Luxembourg à Paris (2014).

Corinne Thépaut-Cabasset est historienne de l’art, diplômée de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences historiques et philologiques, et de l’Université de Paris-Sorbonne. Chercheur associé au château de Versailles, Post-doctoral research fellow au Victoria and Albert Museum à Londres, galerie Europe 1600-1800 projet de recherche européen HERA (2010-2013) Fashioning the early modern: Creativity and Innovation in Europe 1500-1800. Elle est l’auteur de « L’Esprit des Modes au grand Siècle » (CTHS, 2010) et de plusieurs essais sur la mode et le luxe.

 

Marie-Joseph-Rose de Tascher de la Pagerie, impératrice des Français sous le nom de Joséphine, est née aux Trois-Ilets en Martinique le 23 juin 1763, et décédée au château de Malmaison le 29 mai 1814.

L’année 2014 célèbre Joséphine au titre des commémorations nationales. Deux grandes expositions lui sont consacrées, Joséphine au musée du Luxembourg à Paris, et Joséphine, la passion des fleurs et des oiseaux au musée national du château de Malmaison.

L’inventaire fait après le décès de Joséphine comprend celui d’une importante garde-robe, dont le château de Malmaison conserve quelques témoignages.

C’est à propos des choix textiles, du goût et du style de Joséphine que s’articule la conférence « Joséphine et l’Empire de la mode », initiée par l’association ART & LUXE.

Contact : art-luxe@live.fr